Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Centrica rend visite au producteur de tomates Tomerel

Une nouvelle unité de cogénération ENER-G pour les tomates cerises et en grappe les plus savoureuses.

Il s’agit d’une véritable entreprise familiale, où Jelle De Ryck prend peu à peu la relève de ses parents, Eric et Els. Les producteurs de la localité belge de Melsele sont des spécialistes de la tomate « goûteuse ». Ils possèdent trois hectares, dont une moitié est utilisée pour la culture exposée, et l’autre pour la culture sous serre. La chaleur et la lumière sont les éléments clés.

Il ne s’agit pas officiellement d’une production biologique, mais Jelle De Ryck opte, dans la mesure du possible, pour une approche durable. Les cultures biologiques sont donc protégées contre les bactéries, les champignons et les parasites à l’aide d’insectes utiles, tandis que les pesticides biologiques et les rubans adhésifs ne sont utilisés qu’en cas de nécessité. Le jeune entrepreneur a également emprunté une voie durable en matière de gestion de l’énergie. Avec un bachelier professionnel en gestion de l’énergie en poche, il a décidé de remplacer l’ancienne installation de cogénération ENER-G par une nouvelle unité de cogénération ENER-G, afin d’obtenir une puissance électrique légèrement supérieure.

Économies d’énergie et réduction des émissions

En Belgique, la cogénération permet à l’horticulture en serres de réaliser d’importantes économies d’énergie et de réduire ses émissions de manière significative. Selon le centre d’information flamand sur l’horticulture, plus de 300 000 tonnes de CO2 ont été économisées en 2016. Remplacer l’ancienne installation de cogénération était donc une evidence pour Jelle De Ryck. Il s’est renseigné auprès d’autres horticulteurs pour connaître leur expérience avec différents fournisseurs et s’est entretenu avec des représentants. En raison de la qualité éprouvée des installations et de ses bonnes relations avec la marque, son choix s’est naturellement porté sur Centrica, qui avait également fourni l’installation précédente. « En fin de compte, seuls le boîtier, la cheminée et le réservoir d’huile ont été conservés », explique Jelle De Ryck. « Le moteur, mais aussi l’épurateur, le refroidisseur et le condenseur de gaz de combustion, ont été entièrement
remplacés pour correspondre à la puissance accrue – de 1 560 kWe à 1 725 kWe. L’augmentation de la capacité me permet d’acheter moins d’énergie à l’entreprise de distribution. »

Une étape logique

Centrica a repensé l’aménagement de l’espace de façon optimale. Ce ne fut pas une mince affaire, en raison de la taille importante de la nouvelle installation. « Mais tous les éléments sont encore facilement accessibles », précise Jelle De Ryck. Investir dans une nouvelle unité de cogénération est une étape logique sur la voie du renouvellement et de la croissance suivie par le producteur. La zone exposée a par exemple été complètement transformée l’hiver dernier. L’amélioration
majeure ? Les plants de tomates ne poussent plus au sol, mais dans une rigole suspendue à une hauteur ergonomique. Cela permet également d’accélérer la vitesse de traitement. Tomerel étudie également l’acquisition d’une belle parcelle de terrain carrée pour aménager un deuxième site de production de tomates d’une dizaine d’hectares. Il s’agit d’un défi de taille dans la région très dynamique d’Anvers, mais Jelle De Ryck, qui n’a pas encore 30 ans, n’a pas froid aux yeux : « J’ai encore des dizaines d’années devant moi », se réjouit-il.